LES SENIORS SONT-ILS COOL ?

Dans une société en crise, où on ne parle que de la génération Y comme la seule capable, grâce à ses tablettes interactives et à son smartphone, de sauver l’humanité en déchéance, les « seniors » ne semblent plus trouver leur place.

Mais déjà, à partir de quel âge cette étiquette de « senior » va pouvoir/devoir nous être collée ? 50, 55, 60 ans ?

Détrompez-vous ! A 45 ans, nous passons déjà « de l’autre côté de la barrière », comme le démontre le site travaillerapres45ans.fr qui nous fournit des conseils utiles et des bons plans pour ne pas être « as been ».

Au même titre, vous pouvez vous inscrire sur seniorsavotreservice.com, le « numéro un de l’emploi senior et retraités ». A en juger par l’attractivité de la page d’accueil, on ne s’étonnera guère si nos doyens sont considérés « démodés ».

En effet, de plus en plus nombreux à rester sur le bord de la route, les seniors paient – aux côtés des moins de 25 ans- un lourd tribut à la récession. Sur les 4,9 millions des personnes inscrites à Pôle emploi en décembre 2012, plus de 996 000 avaient plus de 50 ans, soit un bond de +15% sur un an, contre + 9% pour les moins de 25 ans et + 6,7% pour les 26-49 ans. Et les perspectives restent sombres pour les chômeurs de plus de 50 ans car les entreprises, quand elles recrutent, ignorent ces candidats.

images

Une enquête publiée fin février 2013, qui a été menée auprès de candidats seniors, de consultants en cabinets de recrutement et de responsables de ressources humaines, pointe le sentiment de discrimination ressenti par les quinquas. 9 seniors sur 10 sont persuadés qu’il existe des freins à leur embauche et 8 sur dix que l’âge reste le principal critère de sélection. D’ailleurs, les DRH le confirment puisque seuls 45% d’entre eux ont proposé des candidats seniors à leurs directions pour pourvoir un poste. Les consultants en recrutement n’ont pas ces préventions puisque 9 sur 10 mettent en avant des postulants aux tempes argentées quand elles sélectionnent les candidats pour leurs entreprises clientes. Preuve que la décision finale des employeurs bute vraiment sur cette question d’âge…

Le principal frein à l’embauche des seniors reste, de l’avis des intéressés, le coût de leur emploi (à 60%). Viennent ensuite la difficulté de management de ces salariés « chenus » et, pour 43% des employeurs, leur faible adaptation aux nouvelles technologies. Pourtant les seniors ne manquent pas d’atouts. Les DRH saluent leur expérience (à 74%), leur autonomie (à 48%), leur capacité de recul (à 44%). Et, contrairement aux idées reçues, les seniors sont prêts à s’adapter : 68% sont d’accord pour baisser leur rémunération, 90% pour changer de fonction et 47% pourraient, s’il le fallait, déménager. A l’heure du report de l’âge de la retraite, les quinquas ont le sens des réalités…

Capture d’écran 2013-11-07 à 17.16.08

Par ailleurs, certains de ces seniors n’hésitent pas à se reconvertir et/ou à se redonner une nouvelle jeunesse. Jacqueline Murdoch, la doyenne des mannequins, 83 ans, posant l’an dernier pour Lanvin. Jacky, longue chevelure argent, jambes écartées dans un collant violet pour American Apparel : le troisième âge déferle sur la pub, le ciné et les médias.
Elles-ont-le-pouvoir_exact780x1040_p

Sur Internet, on se partage les vidéos de papys qui dansent ou d’une mamie qui twiste sur des barres parallèles. Elles créent leurs blogs et gardent leurs petits-enfants pendant que leurs rejetons triment en open-space. « On assiste à un changement dans la représentation de la vieillesse », avance le philosophe Eric Deschavanne . Une révolution que l’on doit à l’arrivée à la retraite de la génération des baby-boomers, celle-là même qui chantait des hymnes à la jeunesse en Mai-68, pour qui « être âgé n’a rien à voir avec le fait d’être vieux », continue le philosophe.

En 2050, 23,3 millions de Français auront plus de 60 ans. Un tiers de la population. L’espérance de vie augmente (c’est une bonne nouvelle) et le papy-boom commence sérieusement à gronder. Bref, ils sont de plus en plus nombreux et leur retraite tombe directement dans leur poche (même si elle n’est que de 1 300 € en moyenne par mois). Les vieux sont tout puissants. C’est la thèse de La Lutte des âges, le dernier livre d’Hakim El Karoui, qui décrit un phénomène démographique inédit où, pour la première fois, les seniors prennent le pouvoir économique aux dépens des générations montantes.

Dit comme ça, c’est rassurant… Mais, au vu des chiffres cités plus haut, est-ce que cela est le reflet de toute cette génération ?

Les-mamies-cool_exact780x1040_p

1 commentaire

Classé dans Actu

JE BASHE, TU BASHES, ILS BASHENT,…

En cette époque morose, de rentrée scolaire, professionnelle, de vacances,… de crise profonde des marchés et de temps pluvieux, quoi de mieux pour l ‘esprit que de « basher ».

De l’anglais « to bash », cogner, le bashing est devenu un sport populaire. Il n’est d’autre qu’un néologisme utilisé pour décrire la forme de défoulement qui consiste à dénigrer collectivement un sujet ou une personne.

Un phénomène que le sociologue des média Cyril Lemieux décrit ainsi : « L’actualité est désormais davantage produite par le système médiatique que par un média : les rédactions sont de plus en plus soumises à l’impératif du buzz, l’injonction à générer de la reprise ».

De plus, le développement d’Internet et des réseaux sociaux a offert au bashing un nouveau champ d’action, en permettant à beaucoup plus de monde de participer dans l’anonymat à cette activité collective.

Les exemples les plus frappants de ce « lynchage médiatique » :

Dominique Strauss-Kahn vs Marcela Jacub.

5252446-7838472

François Hollande et son gouvernement (Le Point avec « On arrête avec les bêtises », L’Express et son « Cocus de Hollande », Le Nouvel Obs avec « Sont-ils si nuls ? »,…).

bashing-rc

Booba, La Fouine et Rhoff : chacun se traite de fillette, avant de se promettre les derniers outrages par musique ou tweets interposés. L’affaire se terminera par un assaut pas très virtuel : deux balles de 22 long rifle dans la voiture de La Fouine, le 4 février à l’aube.

Boobaetcieinfographie

Sophia Aram qui s’en prend à Stéphane Guillon.

Et « top of the bash », Nabila !

En revanche, dire que les Grecs sont des enc…, comme le suggère régulièrement madame Germaine Merkel, c’est un triple bashing, politique, ethnique et sexuel, qui insulte la démocratie orthodoxe, le sud des Balkans et l’homosexualité masculine pourtant illustrée par Socrate et Alcibiade. Mais on laisse passer, parce que c’est Germaine et qu’il faut pas basher les dirigeants allemands des autres pays d’Europe.

Selon la philosophe Myriam Revault d’Allonnes, « cette violence sacrificielle ressoude la communauté dans une société habitée par l’imaginaire de la ressemblance, dans laquelle on ne reconnaît pas la grandeur du différent, et qui facilite le discours dénigrant ».
C’est le bashing, ou la version 3.0 des chamailles dans la cour de récréation !

Poster un commentaire

Classé dans Actu

MUSHROOM TV / EPISODE 3 – LA CHINE ET LES AGENCES DE COMMUNICATION FRANCAISES

Pour son 3ème épisode, la Mushroom TV fait un focus sur le développement des agences de communication françaises en Chine.
Partons à la découverte de ce fabuleux pays à travers le regard de différents professionnels de la communication installés sur place.

1 commentaire

Classé dans Mushroom TV

MUSHROOM TV / EPISODE 2 – LA GENERATION CONNECTEE

Et voici notre Mushroom TV – Episode 2
Cette vidéo est dédiée à la génération connectée. En France où en est le processus de digitalisation des marques et distributeurs instore? Quel avenir de croissance pour la digitalisation instore à la fois en terme d’usage consommateur et de technologies?
Trois intervenants spécialisés dans le domaine nous donnent leurs réponses… Le tout agrémenté d’exemples concrets !

Poster un commentaire

Classé dans Mushroom TV

Bonne année à tous !

cartedevoeux_Mush150-200ko__V3

Poster un commentaire

15 janvier 2013 · 1705 46

Les pubs que vous ne verrez plus jamais !

Les époques changent, les mœurs aussi… Et avec notre temps, change également la publicité.

Romantiques, touchantes, souvent drôles, les publicités d’aujourd’hui savent créer un univers dans lequel souvent nous nous reconnaissons…

Et avant ? Et bien, avant c’était la même chose : les pubs reflétaient la culture de l’époque.

Un livre très drôle et « éducatif » nous fait plonger dans un monde où naïveté puérile, machisme primaire, humour mal géré (ou digéré), nous fait poser cette question : dans quel drôle de siècle vivaient-on avant ?

Annie PASTOR, Les pubs que vous ne verrez plus jamais

(éditions Hugo Desinge)

Voici quelques images très parlantes :

« Noël en famille »

La traduction de la réclame est la suivante :

« De 7 à 17 ans, les fusils Daisy feront de vos noëls des moments inoubliables !

Que vous soyez un débutant…. Ou un tireur confirmé, Daisy a toujours le bon fusil pour vous. Des années durant vous vous amuserez aussi bien à tirer au grand air, dans la cave, ou dans la salle de jeu en compagnie de Papa et Maman. »

… Tout un programme !

——————————

« La belle époque ! »

… Quand pour rendre heureuse votre femme suffisait un aspirateur !

Avis à tous les maris en manque d’inspiration pour Noël : ne prenez pas exemple des années 60 !

————————————-

« C’est connu, les hommes ont du pif ! »

—————————————

« C’est chouette d’avoir une fille à la maison »

Le descriptif nous éclaircit sur l’image :

« Bien qu’elle soit une tigresse, notre héros n’a pas eu besoin de lui tirer dessus pour la mettre à terre. Après avoir jeté un regard sur son pantalon Mr Leggs, elle était consentante pour se faire marcher dessus. »

——————————————-

« Avant, c’était légal »

—————————————-

« Excusez-moi, quelle heure est-il ? »

Toujours la traduction pour vous, petits curieux :

« Est-ce qu’une femme séduisante vous a déjà demandé quelle heure il est ? Pourquoi ne pas lui donner un rappel ?

Toutes les 30 secondes, un nombre incalculable de fois par jour, cette montre en or affichera ‘C’est l’heure de baiser’ sur le cadran. Si vous cherchez une manière originale de briser la glace ou d’aller directement à l’essentiel, vous pouvez acheter ce bijou qui sera l’objet de nombreuses conversations. Attention, ne tentez pas de suivre le rythme imposé par cette montre ! »

Poster un commentaire

Classé dans Non classé, Publicité

QUAND LES BAD BOYS SEDUISENT LES MARQUES

A la sortie du livre « Du Rock et des Marques » d’Alexandre Sap, nous avons voulu rendre hommage au lien très étroit que la musique, et notamment la musique rock, entretien avec la publicité et, de ce fait, avec le public.

Quand vous demandez à quelqu’un de vous citer une musique de publicité, il vous répond le plus souvent DIM, DARTY ou NESCAFE, des publicités ayant des airs composés il y a plus de 30 ans. Ce qui veut donc dire que la musique c’est ce qui reste de la publicité quand on a tout oublié !

Les liens entre la musique et la publicité sont déjà anciens. Comme le montre J.R Julien (1989), ils prennent forme avec les vendeurs de rues pour s’imposer définitivement avec la naissance et le développement de la radio. Par la suite, les musiques investiront le cinéma et la télévision en accompagnant l’image publicitaire.

En 2011 Justice signe la bande son d’une vidéo signée Romain Gavras, pour la nouvelle campagne ADIDAS.

A l’origine Romain Gavras est contacté par ADIDAS pour réaliser le film de leur prochaine campagne publicitaire. C’est plus tard et après avoir écouté avec Justice une partie de leur prochain album, que Romain propose à Gaspard Augé & Xavier de Rosnay d’utiliser des extraits d’un de leurs nouveaux titres « CIVILIZATION » pour créer la bande son du film à découvrir ci-dessous.

En effet, depuis quelques temps, les chanteurs sont beaucoup plus ouverts qu’auparavant aux propositions de partenariats avec des marques.

Ils en deviennent même demandeurs. Ils sont à la recherche de nouvelles sources de revenus face à la baisse des ventes de disques liée au téléchargement sur internet.

Un bon exemple est donné par Iggy Pop (qui est maintenant plus une icône pub que punk) qui se produit, en début d’année 2012, dans une  publicité pour SFR France.

La campagne  »Take the stage » d’Adidas, des vedettes, des vêtements et des souliers… Et une musique écrite par le rappeur Wretch 32.

Cas très très récent, le duo explosif Heineken et Metronomy rend ses bouteilles vivantes : l’internaute peut vivre une expérience artistico-digitale en créant, au rythme des sons, sa propre création en 3D.

Pour mieux comprendre :

On l’aura compris, les vedettes de la musique, et notamment celles qui parlent à la « génération rock », possèdent de nombreux atouts marketing.

«Contrairement aux sportifs, l’artiste musical est moins soumis au résultat et possède une image plus propre et pérenne », avance Jean-Luc Bres, directeur du développement d’Universal Music France. « Aujourd’hui, ce sont les artistes qui rythment les tendances », estime Emmanuel Jayr. « De plus, ils incarnent tout un univers et y entraînent de nombreux fans amateurs de produits dérivés. »

On peut conclure cet article en se posant la question suivante : et si la différence entre les Sex Pistols et les Beatles ne tenait qu’à un cheveu ?

1 commentaire

Classé dans Non classé, Publicité

MUSHROOM TV – EPISODE 1 / UX DESIGNERS

Comme promis, voici notre premier numéro de la Mushroom TV !

Chaque trimestre, nous vous ferons partager nos expériences du terrain : nouveaux métiers, nouvelles tendances, nouveaux acteurs de l’univers de la communication.

Dans cet épisode, nous traitons le sujet des UX designers. Selon Sylvie Daumal, une des interviewés et figure incontournable de la communauté UX européenne, le design d’expérience utilisateurs « est une façon nouvelle et radicalement différente de penser les dispositifs numériques. Il modifie profondément les méthodes de travail, l’organisation et les compétences des équipes de projets ».

La preuve en images :

17 Commentaires

Classé dans Mushroom TV

RENDEZ-VOUS LE 18 SEPTEMBRE !

Poster un commentaire

Classé dans Mushroom TV

LES 5 MEILLEURES CAMPAGNES DE PUB POUR LES JO… EN MUSIQUE !

Depuis le 27 juillet l’attention de la planète est tournée sur les performances des athlètes dans le cadre des Jeux olympiques de Londres. Avec 26 sports, 10 500 athlètes et des millions de spectateurs c’est aussi un marché extraordinaire pour les annonceurs.

Coca, McDo, BMW… Entre idéalisme et opportunisme, les Jeux Olympiques demeurent pour les marques un véritable terrain d’expression. Un lieu unique où le discours marketing se connecte à l’esprit des jeux afin de se rapprocher des consommateurs.

Nous avons choisi 5 campagnes qui nous ont séduit… Pour leur côté décalé mais surtout pour leur bande son !

British Airways

Un tour de ville sur la chanson du groupe punk des années 70 The Clash.

Cadbury

La campagne de Cadbury ici pour soutenir l’équipe de natation de grande Bretagne et plus précisément à l’athlète Rebecca Adlington . Ressortez l’album « Best of de Tina Turner » des poussières !

Coca-Cola

Coke Coca-Cola a dévoilé en début d’année sa publicité pour les Jeux olympiques de Londres 2012, intitulée « Move to the Beat of London 2012″. La chanson a été composée par Mark Ronson, un DJ britannique. Elle a la spécificité d’utiliser des sons fournis par des athlètes : bruit d’une balle de ping-pong, bruits de pas d’un coureur, bruit des flèches d’un arc…

Adidas

La campagne  »Take the stage » d’Adidas, des vedettes, des vêtements et des souliers… Et une musique écrite par le rappeur Wretch 32.

Visa

Autre publicité star des JO, celle de Visa, qui a choisi d’organiser une course entre le champion d’athlétisme Usain Bolt et «M. Tout-le-Monde». La chanson utilisée pour cette pub est du groupe britannique Ocean Colour Scene. Il s’agit du titre « Hundred Mile High City » extrait de leur 3ème album : « Marchin’ Already » (1997).

Poster un commentaire

Classé dans Marketing